La Société biblique haïtienne double sa collecte de la Fête de la Bible

Haïti est un des pays les plus pauvres du monde, et le plus pauvre des Amériques. Y collecter des fonds pour l’œuvre biblique est un défi.

Le Dr Mireille Peck, membre du conseil d’administration de la Société biblique, portant un costume « biblique » lors de la Fête de la Bible à Saint-Marc.

Depuis des années, la collecte, qui a lieu à travers le pays lors de la Fête de la Bible, le deuxième dimanche de décembre, se maintenait aux environs de 330.000 gourdes haïtiennes (soit 7.096 dollars US). En 2011 cependant, ce montant a été largement doublé, avec plus de 708.000 gourdes (17.515 dollars US) collectées.

Une relation qui évolue

Cette évolution est un signe que la relation entre la Société biblique et les Eglises a changé depuis le tremblement de terre, il y a deux ans. Les Eglises ont pris conscience que la Société biblique n’est pas une librairie biblique : elle est à leur service, à leurs côtés dans les moments difficiles. De plus, grâce à différents programmes holistiques – d’alphabétisation ou d’aide psychologique aux étudiants traumatisés par le séisme par exemple –, elle contribue à la transformation d’Haïti. Mais la Société biblique consacre également toujours plus de travail au succès de la Fête de la Bible. Dès la mi-novembre, pendant une semaine, des émissions sont organisées à la radio pour l’annoncer et la préparer.

Des émissions et des concours à la radio

« Lors de ces émissions, j’explique le ministère de la Société biblique, nous dit Marie-Carme Dérivois, qui est responsable de la collecte de fonds et des relations avec les Eglises à la Société biblique haïtienne.

« Depuis quelques années, j’invite également certains de nos partenaires, par exemple la Fédération protestante, le Défi Michée, ou encore la Ligue pour la lecture de la Bible. Leur intervention donne plus de poids à mes propos : ils expliquent pourquoi lire la Bible, pourquoi soutenir la Société biblique… Cela nous permet d’avoir plus de crédibilité et de visibilité dans différents milieux. »

Des scouts défilent pour la Fête de la Bible à Saint-Marc, en décembre 2011.

Des concours sont également organisés à la radio. Aux quatre coins du pays, les auditeurs y répondent à des questions sur la Bible. Les prix à gagner sont des bibles et des livres bibliques offerts par la Société biblique.

Evangélisation ou séminaires

Les Eglises se préparent chacune à leur manière : certaines par exemple, comme au Cap Haïtien, organisent des semaines d’évangélisation lors desquelles elles distribuent des portions ou sélections bibliques, d’autres proposent des séminaires sur la Bible, comme à Saint-Marc.

Le jour de la Fête de la Bible, les Eglises participantes célèbrent l’événement en deux temps : dans leurs paroisses respectives le matin et avec les autres paroisses des environs l’après-midi. Cette année, une équipe de la Société biblique s’est rendue à Saint-Marc, invitée par la Ligue pour la lecture de la Bible et les associations d’Eglises qui avaient organisé la Fête de la Bible dans la ville.

Une fanfare à Saint-Marc

Une fanfare défile pour la Fête de la Bible à Saint-Marc, en décembre 2011.

« C’était vraiment une belle célébration, raconte Mme Dérivois. Une fanfare et des scouts ont défilé dans les rues de Saint-Marc pour annoncer la Fête de la Bible. Pour la célébration même, nous nous sommes tous retrouvés à l’Eglise baptiste Eben-Ezer.

« Un des éléments marquants a été une chaîne de lectures faites par des jeunes. La secrétaire générale, Mme Victor, a prononcé un discours sur le thème de cette année – Que ferai-je de Jésus qu’on appelle Christ [Matthieu 27.22] ? Et puis, un message d’action de grâce a permis de remercier Dieu de nous avoir donné la Bible dans notre langue, le créole haïtien. »

Le défi pour 2012 ? Faire mieux encore qu’en 2011. Encourager tous les Haïtiens à lire la Bible, continuer à promouvoir le ministère de la Société biblique aux quatre coins du pays, et collecter davantage pour le développer !

 

Vue depuis les collines de Saint-Marc.