Haïti – deux ans après

Graffiti dans le quartier de Pétionville, à Port-au-Prince.

En janvier 2012, Claire Bedot, responsable de la communication francophone pour l’Alliance biblique universelle, est retournée en Haïti, à l’invitation de la Société biblique haïtienne, pour l’aider à finaliser son site web avec Lyonel Maxi, le webmaster.

Alors que le pays commence à peine à se reconstruire, quel impact a eu le tremblement de terre dans la vie des survivants ? Dans la vie des Eglises ? Dans la vie de la Société biblique ? Le réveil expérimenté par les Eglises depuis deux ans se confirme, et les chrétiens continuent à demander la Bible, désormais dans leur langue maternelle, le créole haïtien. Leur reconnaissance envers la Société biblique est manifeste. En retrouvant Maxine et le pasteur Lacroix, rencontrés en novembre 2010, on prend cependant conscience du sort inégal des survivants du tremblement de terre.

Un des nombreux camions évacuant les gravats du tremblement de terre à Port-au-Prince. Janvier 2012.

 

Page Facebook de la Société biblique haïtienne
Site web de la Société biblique haïtienne
Compte Twitter de la Société biblique haïtienne

 

Lever de soleil sur Port-au-Prince.